Le Morbier selon Gilles Choukroun

Part-Morbier_debout.jpg photo.JPG

Que dire… !
Suite à une invitation de Soline pour un atelier autour du Morbier avec des recettes spécialement concoctées par le chef Gilles Choukroun dans un endroit merveilleux « La Rotonde ». J’ai pu passer un moment très agréable avec des personnes accueillantes et intéressantes.
Parlons d’abord de l’endroit phare du moment « La Rotonde » ou La rotonde de la Villette, ou barrière Saint-Martin, est un monument de Paris situé place de la Bataille-de-Stalingrad, dans le 19e arrondissement, face au bassin de la Villette. Construite juste avant la Révolution par l’architecte Claude Nicolas Ledoux comme élément du mur des Fermiers généraux, la rotonde en constituait le bâtiment le plus imposant.
220 ans après sa construction la Rotonde ouvre enfin à tous pour devenir une brasserie festive et créative. Lieu de fête et de bonne humeur tout en simplicité, ce nouveau phare de l’Est parisien mélange les gens et les genres. Restaurant, salons privatifs, soirées, événements culturels, la Rotonde sera aussi la plus grande terrasse de Paris d’après Gilles Choukroun.

larotondevache.jpgvue.jpg

Après la visite guidée des lieux, qui s’est avérée fort intéressante, l’atelier le Morbier s’est déroulé dans le Bar Brasserie avec un design moderne et très cosy. Après les présentations, on a fait la connaissance du Chef Gilles Choukroun, une personne simple, joviale et très à l’écoute et de Claude Philippe, fromager et président du syndicat du Morbier qui nous a relaté les origines du Morbier.

Le morbier est un fromage qui a une croûte lisse et homogène, de couleur gris clair à beige orangé. Sa pâte est Incorpocharbon vegetalsouple, onctueuse avec un léger goût de crème. Son odeur se veut franche et fruitée.
Fromage à pâte pressée non cuite, le morbier se reconnaît à sa raie bleue-noire centrale et horizontale. Celle-ci, selon l’histoire, nous dit qu’au XIXe siècle, lorsqu’il restait du lait après la préparation du noble comté, mais pas suffisamment pour en confectionner un autre, les fermiers de Morbier réservaient le restant de caillé dans une cuve en le recouvrant d’une fine couche de cendre récupérée sur la paroi du chaudron. Cette couche de suie avait pour fonction de le protéger des insectes.
Le lendemain, après la préparation des comtés, le reste de la traite venait recouvrir la première épaisseur. Les fermiers réservaient le fromage ainsi obtenu pour leur propre consommation. Aujourd’hui, la fine couche de cendre à la saveur douce et fruitée qui le caractérise n’a plus qu’un rôle décoratif et de souvenir de cette vieille pratique.

Le morbier est un fromage de plateau. Il se marie avec des vins légers et fruités comme le vin jaune du Jura, un Saint-Péray et du Riesling.

Après ces précisions fort intéressantes, passons aux deux recettes de Gilles Choukroun, la première qui peut se servir en apéro ou en entrée s’intitule Morbier « comme un rouleau de printemps » à croquer aux herbes MBC.
Pourquoi MBC ?
MBC veut dire (Menthe, Basilic, Coriandre) et ce sont les 3 herbes fétiches du chef d’où l’appellation de son restaurant dans le 17e à Paris.

Salon.jpgRouleau.jpgbonbon.jpg

La préparation des rouleaux est simple et rapide il vous faut pour 4 personnes :

200 g de Morbier, 100 g de pousses de soja cru, 4 branches de menthe, 4 branches de basilic, 4 branches de coriandre, 1 dl de sauce soja, 1 citron vert, 2 oignons nouveaux, poudre de piment d’Espelette, 5 cl d’huile d’arachide, 1 c. à s. de miel.

Sortez le Morbier à température ambiante 2 heures avant la préparation.
Taillez 12 fines tranches de Morbier et enroulez dans chacune d’entre elles les pousses de soja crues, des feuilles de menthe, basilic et coriandre.
Préparez dans un bol un mélange avec la sauce soja, le jus du citron vert, les oignons émincés finement, une pincée de piment d’Espelette, l’huile d’arachide et de miel.
Conservez les rouleaux et la sauce au frais avant de dégustez et de découvrir une explosion de saveurs en bouche.

La deuxième recette du chef Choukroun, est un dessert assez innovant et déconcertant mais qu’on peut servir comme un apéritif si on le souhaite. Ce sont des Bonbons de poire et de verveine au Morbier, jus d’abricot. Des fines tranches de morbier farcies de poires crues et de feuilles de verveine fraîche qu’on trompe dans du jus d’abricot. Simple, chic et frais.

On s’est régalé ! Merci Chef, merci le Morbier !

8 commentaires pour Le Morbier selon Gilles Choukroun

  1. Cricridam
    22 octobre 2011
    Répondre

    il parait que ce fromage est à tomber !
    Tu as du passer un agréable moment
    Bon week end

  2. lesdelicesdethithoad
    22 octobre 2011
    Répondre

    c’est un fromage que j’apprécie bcp!bon weekend!

  3. Valérie ( Franche-Comté )
    22 octobre 2011
    Répondre

    Avec le délicieux morbier de notre région, un régal au quotidien
    Je te souhaite un très beau samedi

    Valérie.

  4. Gourmandiseuse
    22 octobre 2011
    Répondre

    Morbier, morbier, mon amour. J’ai découvert ce fromage quand j’ai travaillé en fromagerie (à la maison, mes parents n’en mangeaient pas) et depuis il est dans mon panier de courses très souvent !
    En été comme en hiver, je l’adore !! Son petit goût cendré, sa texture souple et facile à travailler.. J’adore !!

  5. bibou
    24 octobre 2011
    Répondre

    ah le morbier, un bon fromage de chez moi!! je suis très chauvine pour les fromages!! Comté, cancoillotte, mont d’or, morbier!!! dans les pyrénées pas facile de trouver de ces bon fromages!!!

    belle soirée

  6. gracianne
    25 octobre 2011
    Répondre

    C’est un beau lieu cette rotonde. Pendant des annees je suis passee au dessus en metro deux fois par jour. J’ai toujours aime cette architecture.

    • paprikas
      26 octobre 2011
      Répondre

      Il est vraiment magnifique ! On a eu la chance de faire une visite guidée et c’était vraiment beau !

  7. very easy kitchen
    1 novembre 2011
    Répondre

    ravie de voir que la rotonde retrouve une nouvelle jeunesse après avoir été le repère du crack dans Paris. Très sympa cet atelier avec Gilles. j’aime bcp son travail et j’avoue avoir été déçue par
    son dernier livre de cuisine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.