A PROPOS

IMG_6451-2-.jpg IMG_6445-1-.jpg

 

Je suis une grande fan de sablés, j’en fais presque chaque semaine pour les déguster avec mon café au boulot et avec ma tisane du soir, c’est devenu un sacré rituel !! Est-ce que la vieillesse me guette ?! On dit que quand on vieillit on commence à avoir des petites manies et que c’est imparable ! A voir !
Bon, revenons à nos sablés ! C’est une recette que j’ai dénichée dans le livre « Tout chocolat blanc » de Jean-Paul LAILLET. Dès que j’ai eu le livre entre mes mains et que j’ai tourné les pages, j’ai opté de suite pour ces sablés. J’ai eu du mal à trouver les fleurs de lavande comestibles mais grâce à Ligne et papilles et sa boutique digne d’une caverne d’Ali Baba j’ai pu enfin en acheter .
Les sablés étaient vraiment bons et le goût de la lavande est juste ce qu’il faut, très bon sans être écœurant !

Histoire

La lavande, plante médicinale tient ses origines sous les termes « lavandula stoechas » ou spica, et trouvent racine dès les Romains qui s’en servaient comme parfum, pour les bains et l’entretien du linge. Dans tout le pourtour méditerranéen se développe ainsi l’utilisation de la plante, rangée au nombre des « plantes précieuses » par les naturalistes romains (citée en particulier par Pline).
Mais ce n’est qu’au Moyen Age que l’on voit apparaître le terme « lavande », selon le verbe latin « lavare » qui signifie laver. Son utilisation était liée à la lutte contre les maladies infectieuses : le parfum est associé à l’aspect thérapeutique, on a longtemps cru que les mauvaises odeurs propageaient les maladies. A cette époque, on trouvait la lavande dans les jardins de monastères où, associée à d’autres plantes aromatiques, elle était utilisée à but médicinal. Les plantes étaient d’ailleurs les seuls éléments de la pharmacopée.
Quant à la cueillette de la lavande, elle apparaît dès le XIVème siècle dans des textes relatifs à l’herboristerie (cf. Les Herboristes de Lure). En 1371, la culture de la lavande existait déjà en Bourgogne et on la retrouve dans tous les « jardins de simples » où les « bonnes herbes » étaient réunies en une sorte d’armoire à pharmacie naturelle.
Le développement au XIIIème siècle des Facultés de Marseille et Montpellier a joué un rôle important dans la connaissance des bienfaits des plantes locales et les recherches des universitaires s’appliquaient aux moyens d’en extraire les principes actifs. On la retrouve citée dans de nombreux textes, elle était utilisée à but thérapeutique sous forme d’huile essentielle, tant à usage interne qu’externe, notamment suite aux épidémies de peste en Provence.
La ville de Grasse va avoir un rôle décisif dans l’histoire de la lavande. Depuis longtemps, Grasse est un centre important de traitement des cuirs, lié à l’activité pastorale de l’arrière-pays, pour lesquels apparaît au XVIIIè siècle une nouvelle mode : celle des cuirs parfumés.
C’est ainsi que naît à Grasse une industrie très importante : la corporation des maîtres-parfumeurs devient autonome de celle des tanneurs dès 1759.
La cueillette de la lavande est une activité complémentaire réservée aux petits paysans, aux femmes et aux enfants. La fleur est vendue aux grassois comme matière première. Dans l’économie rurale concentrée autour des cultures vivrières, des céréales et de l’élevage, la lavande apporte une nouvelle source de revenus pour les plus modestes; d’autant qu’elle pousse toute seule dans des régions arides, sur des terres pauvres et impropres à tout autre culture. La cueillette de la lavande va devenir un facteur important de frein à l’exode rural qu’ont connu beaucoup de territoires ruraux similaires. (Source Futura-Sciences)IMG_6457-3-.jpg

Pour 40 sablés
Préparation : 20 min
Cuisson : 15 min
Repos : 1 h

Ingrédients :

– 50 g de chocolat blanc
– 60 g de sucre en poudre
– 200 g de farine
– 150 g de beurre mou
– 2 jaunes d’oeufs
– 2 pincées de fleur de sel
– 1 cuillère à soupe rase de fleurs de lavande

Préparation :

Couper grossièrement le chocolat blanc en pépites.
Dans un saladier, mélanger le beurre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter les jaunes d’oeufs et mélanger. Incorporer la farine, la fleur de sel, les fleurs de lavande et les pépites au chocolat blanc. Mélanger pour obtenir une pâte ferme. Entourer-la de film alimentaire puis la laisser reposer au réfrigérateur pour 1 heure.
Préchauffer le four à 180°.
Etaler la pâte sur 5 mm d’épaisseur et découper des disques à l’aide d’une emporte-pièce cannelé rond ou un autre selon votre choix. Les disposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
Mettez au four pour 15 minutes tout en surveillant la cuisson. Les sablés doivent être dorés.

 

chocolatblanc.jpg « Tout chocolat blanc » de Jean-Paul LAILLET, en librairie (7,90 €).

J'espère que la recette SABLES AU CHOCOLAT BLANC, PARFUM LAVANDE vous a plu. Si vous le souhaitez, vous pouvez me laisser un commentaire.

Publier un commentaire

INGRÉDIENTS